Agence de la Poste, administrateur de biens et transaction.

Acheter

Louer

Viager

Référence

Astuce : Pour recommencer, cliquez sur le bouton ci-dessus, puis cliquez sur la carte pour dessiner votre secteur personnalisé.

Les chiffres de la hausse des taux en 2017

Publié le

Début décembre 2016 : c’est le clap de fin pour la baisse des taux. D’après les chiffres des courtiers, la moyenne hors assurance sur vingt ans remonte à 1,60%, contre 1,50% début octobre. La nouvelle survenant après plus d’un an de chute ininterrompue du prix de l'argent, elle fait logiquement couler beaucoup d’encre. Certains décrivent un mouvement en voie de généralisation, les plus pessimistes tablent sur un rebond de près de 0,5% en décembre. D’autres estiment la hausse anecdotique, voire inexistante. 

 

Que s’est-il vraiment passé ? Le 2 janvier 2017, l’Observatoire du financement CSA/Crédit Logement publie sa lettre mensuelle de conjoncture. Elle confirme la hausse des taux des prêts immobiliers. La moyenne toutes durées confondues atteint 1,34% hors assurances et coût des garanties pour les emprunts accordés en décembre 2016, contre 1,31% pour ceux souscrits en novembre (record absolu à la baisse). Pour l’Observatoire, les banques ont partiellement répercuté sur leurs barèmes les tensions constatées sur les marchés obligataires.

Où en sont les taux en janvier 2017 ? Les courtiers Vousfinancer.com et Meilleurtaux.com, dans des communiqués des 2 et 3 janvier 2017, signalent que les barèmes des banques pour ce début d’année affichent des hausses de 0,05 à 0,30%, la progression moyenne atteignant 0,10%. « Si cette tendance se confirme, ce que nous anticipons, les taux moyens sur vingt ans devraient se situer autour de 1,70% en janvier, pour 1,50% en octobre 2016, ce qui nous ramènerait aux niveaux de l’été 2016 », estime Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. A l'époque, les taux étaient considérés comme historiquement bas...

La hausse va-t-elle continuer ? C’est la grande question. D’un côté, l’inflation repart et les indices financiers ont augmenté. De l’autre, la Banque centrale européenne (BCE) maintient sa politique de liquidités surabondantes à prix nul. Du coup, les banques ont toujours les moyens de prêter à bas coût aux particuliers. « Elles ont des objectifs de production très ambitieux pour 2017 », note Jérôme Robin, le patron de Vousfinancer.com. « Elles devraient avoir la volonté de maintenir des taux attractifs en 2017 et pourraient même faire le choix de les baisser à nouveau au printemps, une période clé pour l’immobilier. »

Comment obtenir un bon taux ? Pas besoin d'attendre ce printemps pour bénéficier de ces hypothétiques tarifs promotionnels. En fait, les emprunteurs peuvent d’ores et déjà en profiter. Comment ? En soignant leur profil et en montant un solide dossier. Avec 10 à 15% d’apport personnel, des comptes sans découverts, des emprunteurs en CDI, le respect de la règle des 33% de capacité d’endettement et la mise en concurrence des banques, il est possible d’obtenir des taux inférieurs à la moyenne. Les meilleurs profils peuvent ainsi décrocher des crédits à 0,90% sur quinze ans ou à 1,10% sur vingt ans.  

 

Agence de la Poste